Site de Roger Dadoun Publications, articles, livres …

payday loans
payday loans

octobre 15, 2013

Guermaz : de la réalité des mondes immensément incolorés

Filed under: Abdelkader Guermaz,Auteurs — Roger Dadoun @ 4:48

Le peintre franco-algérien Abdelkader Guermaz (Mascara 1919-Paris 1996)

est présent en cette fin 2013 dans plusieurs expositions: Salon d’Automne (Pierre d’exil, 1975), Galerie Hébert (Galaxie, 1970; Blancheur d’âme, 1975; Déesse de l’aube, 1975, etc.), Centre Pompidou, dans le cadre des “Modernités plurielles, de 1905 à 1970”. C’est une oeuvre d’une singulière amplitude, encore méconnue, nourrie d’une méditation approfondie sur l’art, qui entre en reconnaissance (R.D.).

 

Furent en prime et ascétique accès les terrasses :

Rue de la Mecta, en familière et maternante Oran,

Et tout le Village nègre aux blancs haïks rayonnèrent

Insoleillés d‘originaire éblouissance.

 

 Eblouissement de Germaz l’Effarant :

Une simple toile posée contre balustre humble,

Et nous à distance criblés de nue admiration

Complices captifs des coruscants éclats.

Guermaz s’éclipse disert discret juste en léger retrait,

 Épaules rabattues sur frêle corps,

 Visage en pointe de couteau élimé et hâlé,

 Et yeux yeux en yoyo voyeur des âpres mysticités yang du “il Y a”.

Entière existence – à peine vécut-il sienne sa propre vie d’artiste –

À  traquer ratisser exténuer  les couleurs pour leur faire rendre gorge,

Gorge durement expurgée des vulgaires picturiants tachismes

Afin qu’advienne ô Rrose Mère une chair blancheur-sein homogène nue.

Et objets en désirance de se lier et délier en dansante alliance,

Et formes de s’immiscer nombreuses en d’obscurs lumineux horizons,

Et vacillantes figures, saisies en séduction soudaine de stase sidérale,

D’exquisement fondre – cosmAgoniques! – en l’Un immarescible placentaire.

Vu donc ça, ô fourvoyeurs ? Vastes plages avides d’immensité vampirisent,

Blême voracité, couleurs vives en fuite d’yeux. Pleurez, ô vous filles de Joie

– bleus orangés jaunes mordorés amarante orpaillés – nos larmes d’âme

Chues guermaziennes de ce prodigieux et libre embrasement des Cieux.

                                                             Roger Dadoun,  octobre 2013

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Écrire un commentaire

*

Powered by WordPress