Site de Roger Dadoun Publications, articles, livres …

payday loans
payday loans

janvier 22, 2012

Deux visages de Péguy

Filed under: Charles Péguy — Roger Dadoun @ 9:49

Auteur d’un portrait-caricature de Péguy, l’artiste américain David Levine est un remarquable caricaturiste. Il excelle particulièrement dans le portrait politique satirique, et dans ce type de portrait, outre les outrances habituelles qui caractérisent le genre, il montre une extraordinaire virtuosité à saisir la nuance fondamentale d’une personnalité condensée dans une certaine qualité du regard. Le trait caricatural exprime avec acuité  la liaison singulière entre le sujet et la société ou milieu politique qu’il représente.

Ce n’est pas le cas pour son Péguy. Il ne devait connaître son oeuvre et son époque que par ouï-dire, et ce ouï-dire était composé pour l’essentiel des images-rumeurs caricaturales qui courent à propos de l’écrivain (et dont une des expressions, outrageusement caricaturale, est celle de Guillemin – mais il n’est pas le seul). Sa caricature de Péguy est … caricaturale, au sens péjorant du terme, en ce qu’elle laisse échapper le principe de base d’une caricature créatrice : l’intuition fulgurante de la personne (caractère, pensée, style, milieu). Le Péguy de Levine ne fait passer que peu de la personnalité et de l’oeuvre de Péguy. Nous avons là un Péguy courbé bancal (il tient à peine debout !); son porte-plume est une béquille – Péguy n’écrit pas avec une béquille, c’est la dernière chose que l’on puisse dire de lui.

Cette caricature-là fait mal. Ce col dur-là nous étrangle, ses sabots-là nous plombent, sa tête (inspirée par le Laurens ?) est surtout rébarbative dans son hypertrophie – on ne voit apparaître nulle trace des éclats marrants, jubilants et recohobants qui illuminent tant de textes de Péguy.

D’une tout autre prestance est le grave et puissant visage de Péguy dessiné par Egon Schiele, et publié en couverture de la revue Aktion. Créée en 1911 par Franz Pfemfert, un proche de Rosa Luxembourg et du muvement spartakiste, d’inspiration  avant-gardiste et socialiste libertaire, farouchement opposée à la guerre et au nationalisme, elle publie des poètes, artistes et écrivains aussi remarquables que Hüelsenbeck et Hugo Ball, qui joueront un rôle de premier plan dans le movement Dada.

Aktion rendait là, sous le regard de tous,  le premier et plus illustre et courageux hommage à Péguy qui venait d’être tué.

L’artiste a marqué cette mort en inscrivant (tatouant, pourrait-on dire) la date 1914 dans toute la partie inférieure du portrait. Les traits à la fois tourmentés, hachés, en même temps qu’harmonieusement distribués, cette main d’une nette et calme puissance, qui semble tenir, protéger, ramener à elle tous les Cahiers de la quinzaine, et par-dessus tout ce sublime regard (puissance de la sublimation, qui nous renvoie à la remarque de Walter Benjamin,  qui a perçu, de si loin, ce que fut l’”immense mélancolie maîtrisée” de Péguy) – toute cette composition, savante et inspirée, donne à penser, elle fait confiance au lecteur sans cesser de l’interroger,   elle paraît exactement appropriée pour inaugurer le nouveau départ de la revue, tout en renouant avec le geste de profonde empathie du grand artiste autrichien, et la solidarité fraternelle et audacieuse de la revue Aktion.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Écrire un commentaire

*

Powered by WordPress